HANS SIXT VON STAUFEN

Circonférence
"Naissance du Christ"
Rhin supérieur
Vers 1520
Relief en bois
Longueur 58 cm, hauteur 50 cm,
profondeur 18 cm

Ce relief muséal peut être attribué à l’entourage du maître sculpteur du gothique tardif Hans Sixt von Staufen, dont il est prouvé qu’il a travaillé de 1515 à 1532 environ, ce qui ressort de documents d’archives. Il dirigeait probablement un atelier à Staufen, influencé par les sculptures de l’école de Würzburg. Il était probablement aussi familier avec les œuvres de Tilmann Riemenschneider (env. 1460-1531), qui a exécuté les surfaces avec art dans un style similaire.

La Sainte Famille est représentée au premier plan : Marie et Joseph encadrent l’enfant Jésus couché sur la cape de Marie. Entre eux, deux personnages en habit religieux, dont la taille est fortement réduite, peuvent être identifiés comme les fondateurs du relief. Derrière, le bœuf et l’âne regardent de haut l’événement central, derrière la clôture de l’étable. L’architecture de l’étable est représentée en perspective ouverte sur le côté par un toit à pignon en tuiles. Dans le champ supérieur droit de l’image, un berger et son chien campé gardent leur troupeau de moutons, représenté par trois petits moutons sur un paysage vallonné. De la main droite, il saisit son chapeau dans un geste apparemment surpris ; il s’agit peut-être du moment où le berger apprend la nouvelle de la naissance du Christ.

Dans l’ensemble, les personnages se distinguent surtout par leurs visages individualisés ; de grands yeux se détachent derrière des paupières supérieures marquées, tandis que les regards de toutes les personnes présentes se croisent sur l’enfant Jésus et orientent ainsi le regard du spectateur vers ce point. Les mains jointes dans un geste de prière peuvent en outre être comprises comme une invitation au spectateur à rendre un hommage approprié à cette image pieuse. Un aspect ludique est le petit Jésus qui s’agite, les petites mains levées et le regard vers sa mère. Cela permet d’établir une relation visuelle directe entre la mère et l’enfant, tout en reflétant l’intimité de la relation entre Marie et Jésus. Josef, bien qu’il soit un personnage à part entière dans la composition, apparaît presque comme un personnage secondaire. Bien qu’il regarde l’enfant avec fascination, il n’a pas les mains jointes sur sa poitrine, mais semble tenir un outil.

D’un point de vue stylistique, il s’agit d’un chef-d’œuvre du gothique tardif. Une attention particulière a été accordée à la texture des différentes surfaces et aux mèches de cheveux savamment torsadées se terminant par des boucles en forme de volute de la Sainte Famille idéalisée. Les plis en mouvement, comme le grand pli gonflé des oreilles de Joseph ou les configurations de plis et de coins profondément sillonnés dans le manteau de Marie, sont des traits caractéristiques du maître sculpteur. La Vierge au manteau protecteur de la chapelle Locherer, que Sixt a réalisée comme son œuvre principale de 1521-24, peut notamment servir d’exemple de comparaison. Celle-ci est également sculptée en relief profond avec des drapés complexes et présente des groupes de figures de donateurs, exécutés dans des types de figures réalistes.