SCULPTURE EXTRAORDINAIRE

"Madone debout"
Cologne
Vers 1380
Noyer sculpté
Monture originale, fermée, polychrome
hauteur 64 cm

Représentations comparables :
Collection Thyssen Bornemisza
Musée Schnütgen, Cologne

Cettemadone expressive est une sculpture magistralement sculptée de 64 cm de haut. Elle a probablement été réalisée vers 1380, dans les premiers traits de ce que l’on appelle le style international, qui caractérise de nombreuses représentations de la Vierge vers 1400. Du point de vue stylistique, la manière de la draperie est à classer en France ; toutefois, la figure reflète des caractéristiques de la sculpture sur le cours du Rhin.

Alors que Marie présente déjà l’élan caractéristique en S, typique de ce que l’on appelle les « Belles Madones », la douceur du modelage est un indice clair de son attribution au dernier quart du 14e siècle. La diagonale de l’orientation des plis et les plis stylisés du bol qui se terminent en pointe sont soulignés par le drapé pâteux qui tombe et que Marie soulève presque coquettement de la main gauche. De la main droite, elle tient contre elle son fils qui, comme c’était généralement le cas avant 1400, est vêtu d’une longue robe et trône dans les bras de sa mère, dans une position statique et droite. Dans sa main, Jésus tient une colombe qu’il semble nourrir. Celle-ci peut être interprétée comme un symbole de la chasteté de Marie, comme une âme rachetée ou comme une référence aux apocryphes sur le jeune Jésus donnant vie à des pigeons d’argile. Les longues boucles de cheveux et le corps allongé de Jésus, en particulier, laissent penser qu’il ne s’agit pas d’un bébé mais d’un jeune enfant. De telles représentations jouissaient d’une grande popularité et étaient particulièrement symboliques. Marie, en tant qu’intercesseur, regarde le spectateur avec une expression sérieuse ; le front haut reflète ici l’idéal de beauté du Moyen Âge. Semblables à une coiffure de crosse, les boucles gothiques filigranes sont recouvertes par l’épais voile et soulignent la conception distinguée du personnage. La ceinture pectorale à motifs floraux reflète la décoration florale de la robe et du surplis ; celle-ci est bleue à l’extérieur et rouge à l’intérieur, deux couleurs particulièrement associées à Marie dans cette combinaison, dont le symbolisme fait à la fois référence à Marie en tant que Reine des cieux et préfigure la Passion du Christ.

Il existe très peu d’exemples de comparaison de cette époque. Une représentation de la Madone, étroitement apparentée sur le plan caractéristique, se trouve au Schnütgen Museum de Cologne, une autre dans la collection Thyssen-Bornemisza.