SCULPTURE REMARQUABLE
« Saint Sébastien »

Tyrol/Tyrol du Sud
Vers 1500
Bois de tilleul sculpté
Vestiges de la polychromie d'origine
hauteur 70 cm

La figure de Saint Sébastien (70 cm) a été fabriquée dans les régions alpines vers 1500. Le jeune homme nu est représenté avec un pagne doré typique et un chapeau haut rare, ainsi qu’attaché à un tronc d’arbre. Ses stigmates aux bras, au torse et aux jambes sont exposés, les flèches avec lesquelles il a été transpercé ne sont pas conservées ici. Sébastien a servi comme officier pour l’empereur Dioclétien et a été martyrisé pour sa foi chrétienne : on l’a attaché à un arbre où il a été tué par des archers numides. Comme on le croyait mort, on l’abandonna, mais les flèches n’avaient pas réussi à le tuer. Une bienfaitrice du nom d’Irène le soigna ; plus tard, Sébastien se présenta à nouveau devant l’empereur, qui le fit finalement fouetter à mort et jeter dans la Cloaca Maxima, l’égout de Rome. Le type de martyre ainsi que les marques laissées placent son martyre dans la suite du Christ.

Le corps juvénile du martyr est légèrement courbé ; sa main droite est attachée à l’arbre au-dessus de sa tête et sa main gauche derrière son dos. La caractéristique la plus marquante est le chapeau haut, qui pourrait être une pièce d’armure. On trouve ce chapeau en particulier dans les représentations de Sébastien du sud de l’Allemagne/des Alpes à la fin de l’époque gothique. Ses boucles détaillées sont cachées sous sa coiffe ; son visage aux yeux entrouverts, aux pommettes hautes et à la bouche légèrement entrouverte regarde vers le haut, comme envoûté. En Bourgogne française, des sculptures similaires ont été réalisées avec des corps au modelé souple et des pagnes attenants ; cependant, la figure garçonne de Sébastien est également apparentée au David de Donatello (1444-46). On trouve de tels exemples de corporéité juvénile notamment dans les terracotta toscans de Sébastien, par exemple du célèbre sculpteur de la première Renaissance italienne Matteo Civitali (1436-1501) de Lucques, datant d’environ 1492 (National Gallery of Art Washington D.C., 1943.4.76). Ces influences de la première Renaissance italienne se sont répandues vers le nord jusqu’à la région alpine du Tyrol du Sud, où cette charmante sculpture a également été réalisée vers 1500.