EUGEN HAMM


Eugen Hamm
Apolda 1885 - 1930 Berlin Schöneberg

"Port de la Côte d'Azur"
Huile sur toile
54 x 65 cm
Signé & daté (19)24 en bas à gauche.

Eugen Hamm a commencé son activité artistique par des dessins humoristiques pour les revues Simplicissimus et Jugend, à Berlin.

À partir de 1904, il prend des cours dans l’école de peinture privée de Lovis Corinth. C’est à Berlin que l’artiste résida le plus souvent en 1907 et 1909/10 et c’est là qu’il eut sa première exposition à la Sécession. En 1909, Hamm se rendit également à Paris pour étudier à l’Académie Matisse auprès de son célèbre homonyme. Cette institution n’était pas seulement un lieu de formation mais aussi un forum pour les artistes qui trouvaient leur inspiration artistique surtout en Henry Matisse.

À Paris, il a également fait partie du cercle d’artistes peintres allemands du Café de Dôme à Montmatre, « Les Domiers ». Des peintres comme Rudolf Levy, Albert Weisgerber, Hans Purrmann, Henry Bing faisaient déjà partie intégrante de la scène.

À partir de 1910, Eugen Hamm s’installe à Leipzig. Il n’est retourné à Paris qu’entre 1911 et 1913, où il a gardé le contact avec le Café de Dôme. À Leipzig, il était membre de l’Union des artistes allemands, de l’Association des artistes de Leipzig et également du Reichsverband Bildender Künstler Deutschland. Après la Première Guerre mondiale, après de brefs séjours en Italie et à Munich, il retourna à Leipzig où il travailla entre autres comme portraitiste pour le Neue Leipziger Zeitung et dans le cercle des expressionnistes de Leipzig dans le domaine de la gravure. Son œuvre la plus connue de cette période est le portfolio « Vorstadt Bordell » qu’il a réalisé avec Joachim Ringelnatz (1883-1934).

En 1925, il fait partie du jury de la 10e exposition annuelle de Leipzig.

En 1928, il s’installe à Berlin, où il choisit de se suicider en 1930 à Berlin-Schöneberg. Douze jours plus tard, le numéro 29/1930 de la Weltbühne publiait déjà un poème d’Erich Kästner (1899-1974) à l’occasion de la mort de Hamm, sous le titre Nekrolog für den Maler E. H. (Nécrologie pour le peintre E. H.).

En 1937, trois de ses œuvres ont été confisquées et détruites au Musée des beaux-arts de Leipzig.

Aujourd’hui, nombre de ses tableaux sont exposés dans des musées renommés tels que la Galerie Neue Meister de Dresde, le Museum der bildenden Künste de Leipzig et le Lindenau Museum d’Altenburg.

Expositions :

1907, 1910-12 Sécession, Berlin
1913 Galerie Commeter, Hambourg
1914 Libre Sécession, Berlin
1914 Galerie Alfred Flechtheim, Düsseldorf
1920 Musée des beaux-arts, Leipzig